Le marché du logement retrouve globalement l’équilibre pour la première fois depuis 2008

Granges, 12.07.2017 - Pour la première fois depuis 2008, le marché du logement en Suisse est de nouveau équilibré en moyenne en 2016. Telle est la conclusion d’une étude traitant des effets de la libre circulation des personnes sur le marché du logement, menée sur mandat de l’Office fédéral du logement (OFL). Néanmoins, la situation reste tendue dans certaines régions ou dans certains segments de marché.

Après une phase de fortes tensions, d’une intensité toutefois variable, le marché du logement suisse retrouve l’équilibre pour la première fois depuis 2008. Cette évolution a d’abord été observée dans le secteur locatif avant de s’étendre à celui de la propriété. La construction de logements, qui a dépassé la croissance de la demande ces dernières années, y a contribué. Par ailleurs, il convient de noter que, pour atteindre cet équilibre, les loyers et les prix de vente ont augmenté d’environ 30 pour cent depuis 2005.

Cet équilibre apparent cache toutefois trois déséquilibres importants, selon la région, le statut d’occupation et le segment de prix.

D’un point de vue régional, le Tessin, la Suisse orientale et la Suisse du Nord-Ouest sont les mieux lotis. La pénurie persiste en Suisse centrale et notamment dans la région de Zurich, où la situation s’améliore moins vite que prévu, ce qui devrait perdurer étant donné l’attrait ininterrompu de cette région.

En ce qui concerne le statut d’occupation, l’activité de construction a fait la part belle aux logements locatifs ces dernières années, ce qui n’est pas resté sans conséquence. Dans l’ensemble, le marché du logement locatif est aujourd’hui plus équilibré que le marché du logement en propriété. Par exemple, dans la Suisse du Nord-Ouest ou dans l’Espace Mittelland, la demande de logements en propriété est toujours très importante. Le niveau de revenu élevé des ménages de locataires a fait de l’immobilier destiné à la location un domaine prisé par les investisseurs pendant longtemps, mais le point culminant semble avoir été atteint dans de nombreuses régions. Dans ce contexte, le taux de locataires a un peu augmenté.

Le déséquilibre selon les segments de prix persiste, nettement plus marqué dans le secteur locatif que dans celui de la propriété. L’excédent de la demande concerne presque uniquement la catégorie de prix inférieurs. Cela cause une pénurie encore sensible à Zurich, Winterthour, Genève, Lausanne, Lucerne, Zoug, Berne et Thoune.

En revanche, la situation s’est normalisée en ce qui concerne les immigrants. Les préférences régionales et l’évolution des revenus des ménages étrangers ne se distinguent plus de manière aussi évidente qu’après 2005 par rapport aux ménages suisses. Il est vrai qu’une partie des ménages étrangers disposant d’un pouvoir d’achat au-dessus de la moyenne souhaitent louer un logement dans les centres urbains ou les régions touristiques. Cependant, cette tendance se ralentit considérablement. L’influence des ménages étrangers est toujours déterminante pour la croissance du nombre de ménages, à laquelle ils contribuent encore pour presque la moitié.

Le monitorage réalisé depuis 2009 par la communauté de travail Meta-Sys AG / Haute école zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) sur mandat de l’OFL en vue de mesurer les effets de la libre circulation des personnes sur le marché suisse du logement se distingue sur trois points d’autres analyses de marché: premièrement, il se focalise sur l’évolution des ménages indigènes et étrangers (et pas uniquement sur celle de la population) et de leur revenu, c’est-à-dire les principaux moteurs de la demande; deuxièmement, les marchés locatifs et de la propriété sont agrégés, ce qui permet de tenir compte de l’effet tampon joué par le second par rapport au premier et d’obtenir une vue d’ensemble sur l’approvisionnement en logements; troisièmement, l’analyse est ventilée par classes de prix et de pouvoir d’achat.

Les résultats sont présentés sous la forme de huit rapports succincts, dont un porte sur la Suisse dans son ensemble, et les sept autres sur chacune des grandes régions définies par l’Office fédéral de la statistique.


Adresse pour l'envoi de questions

Christoph Enzler, Office fédéral du logement OFL, tél. +41 58 480 91 87, christoph.enzler@bwo.admin.ch
Daniel Sager, Meta-Sys, tél. +41 43 322 17 70, dsager@meta-sys.ch



Auteur

Office fédéral du logement
http://www.ofl.admin.ch/

S'abonner aux communiqués de presse de l'OFL

https://www.bwo.admin.ch/content/bwo/fr/home/das-bwo/informationen/medienmitteilungen.msg-id-67500.html